Etudes Internationales - Un regard croisé France/Suede du bien etre au travail des salariés
 

Par Laurent Bernelas
Directeur de l’activité Corporate & Management d’OpinionWay

Le modèle social suédois est souvent cité en exemple. Haut niveau de formation des salariés, rôle prépondérant des syndicats, qualité du dialogue social, droit du travail flexible avec des conventions collectives négociées directement entre direction et syndicats au sein des entreprises et forte protection sociale sont autant d’atouts de ce modèle régulièrement mis en avant. Dans ce contexte, la Suède connait un taux de chômage parmi les plus faibles de l’Union Européenne (8,2% en février 2013 contre 10,8% pour la France et 10,9% en moyenne pour l’UE).

Comment cela se traduit-il en termes de bien-être des salariés ? Se sentent-ils mieux dans leur travail que les salariés Français ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons interrogé en miroir des salariés Français et suédois pour le premier volet des études internationales du LabRH ©.


Des salariés suédois qui plébiscitent le climat social dans leur entreprise …


83% des salariés suédois jugent bon le climat social dans leur entreprise ; 30% le jugent même très bon. Signe d’un dialogue social apaisé, 73% sont également satisfaits de leur relation avec la direction de leur entreprise.

Ces scores sont d’autant plus positifs qu’ils se retrouvent dans l’ensemble des entreprises quelles que soit leur taille.

Dans le même temps, la perception des salariés français est plus nuancée : 64% des salariés jugent bon le climat social dans leur entreprise et seul 7% le qualifie de très bon. Le ressenti des salariés français varient également fortement avec la taille de l’entreprise : 58% des salariés des grandes entreprises ressentent un bon climat social contre 81% pour les salariés des TPE.

Part de salariés qui jugent bon le climat social dans leur entreprise – résultats par taille des entreprises
Salariés suédois Salariés français
Ensemble 83% 64%
Moins de 10 salariés 91% 81%
10 à 49 salariés 84% 67%
49 à 249 salariés 81% 64%
250 salariés et plus 81% 57%


… et affichent un meilleur bien-être professionnel


Les salariés suédois témoignent d’un meilleur bien-être professionnel que les salariés français. Sur une échelle de 1 à 10, ils attribuent une note moyenne de 7,5 à leur bien-être au travail et 31% lui attribuent même une très bonne note (8 à 10) contre 6,4 en moyenne pour les salariés français et 10% de très bonnes notes.

Dans le détail, les salariés suédois sont plus particulièrement satisfaits de l’intérêt de leurs missions (82%), l’ambiance de travail (80%), leurs conditions matérielles (76%) ou de leur charge de travail (71%). Ils apparaissent en revanche plus partagés concernant leurs possibilités d’évolution (56% de satisfaits) et leur niveau de rémunération (50%).

Sur l’ensemble de ces critères, les taux de satisfaction pour les salariés français sont inférieurs. Néanmoins, une majorité de salariés français se dit satisfaite de l’intérêt de leurs missions (77%), de l’ambiance de travail (73%), de leur conditions matérielles (68%) ou de leur charge de travail (61%), moins d’un sur deux est positif concernant son niveau de rémunération (45%) ou ses possibilités d’évolution (43% de satisfaits).

Dans ce contexte, une forte majorité des salariés suédois se déclare motivée dans son travail (80%) contre moins des deux tiers (61%) pour les salariés français.

Pour autant, ces derniers se rejoignent dans la hiérarchie des préoccupations professionnelles : salariés français comme suédois se soucient avant tout de garder leur emploi actuel (35% des salariés français et 33% des salariés suédois).

Cette étude comparative met donc en avant des écarts importants dans le vécu professionnel des salariés suédois et français. Les salariés suédois témoignent d’un vécu professionnel plus positif que les salariés français aussi bien sur la perception du climat social, les relations avec la direction ou le bien-être au quotidien.

Avec une place majeure accordée au dialogue social dans les entreprises, le modèle suédois semble donc avoir trouvé la clé du bien-être des salariés. Toutefois, il repose sur une histoire particulière et tend à évoluer ces dernières années, notamment avec une érosion du taux de syndicalisation des salariés. Ses évolutions récentes vont-elle permettre de maintenir des taux de bien-être des salariés à faire pâlir nombre d’économies européennes ? Dans quelle mesure peut-on s’inspirer en France des principes suédois pour améliorer le bien-être des salariés ?


Laurent Bernelas
Directeur de l’activité Corporate & Management d’OpinionWay
Twitter : @Lbernelas

Méthodologie : Etude réalisée par OpinionWay au premier trimestre 2013 auprès d’un échantillon représentatif de 800 salariés français et d’un échantillon représentatif de 500 salariés suédois interrogés en ligne sur système CAWI.



Vous pouvez recevoir l’étude complète par simple demande par mail:

Recevoir l'étude



Contact : labRH@opinion-way.com


 

 

 

 

 

WCZYTYWANIE
^ Haut de page